» Littérature » Fable » Mister George
Mister George Recto

Mister George

16.00 

Ce livre est le récit d’un homme extraordinaire. Et plus encore…

À la manière d’un conte africain, le journaliste Antoine Grognet nous livre une magnifique histoire d’homme, de destin, d’Afrique…

* Pré-commande possible dès maintenant, mais livraison fin septembre.*

Description du produit

En bref

TITRE : MISTER GEORGE

SOUS-TITRE : BIOGRAPHIE ROMANCÉE DE GEORGE WEAH

AUTEUR : ANTOINE GROGNET

QUEL(S) GENRE(S) : LITTÉRATURE SPORTIVE – ROMAN – BIOGRAPHIE FICTIONNELLE – CONTE AFRICAIN

THÈMES : FOOTBALL – AFRIQUE – SOCIÉTÉ – DESTIN

FORMAT : 144 PAGES, 14 x 21 CM

PRIX PUBLIC TTC : 16 €

ISBN : 979-10-95408-10-9

SORTIE : RENTRÉE 2017

Présentation

« Il est né le 1er octobre 1966. Un astrologue vous dirait qu’il est balance. […] Drôle d’idée que de naître en Afrique en 1966. »
Lui,c’est George Weah, l’enfant du Liberia qui deviendra footballeur, qui jouera à Yaoundé, à Monaco, à Paris, à Marseille, ou encore à Milan. Lui, c’est le seul joueur africain à avoir gagné le Ballon d’or à ce jour. Lui, c’est l’ex-footballeur qui essaiera de devenir président de son pays. Lui, c’est un homme de talent, de volonté, et de cœur qui a réussi.
Mais il aurait aussi pu devenir tout autre, si une bonne étoile n’avait pas veillé sur lui.

Extraits

Extrait 1

Monrovia, c’est mon domaine. Personne ne connaît mieux la ville que moi. Pas même les moto-taxis. Certains n’osent plus s’aventurer dans les lieux où je vais. Imaginez une cité d’un million d’habitants. Grise, rouge et blanche comme toutes les capitales d’Afrique. Grise de béton. Celui des maisons défraîchies, et celui des maisons qu’on ne terminera jamais. Blanc du soleil. Jamais on ne le regarde directement car il est trop fort, trop violent, trop lourd aussi au-dessus de nos têtes. Rouge enfin comme le sol, moitié terre et moitié sable que l’on nomme latérite et qui se transforme en boue sous le feu trempé des orages.

Extrait 2

Drôle d’idée que de naître en Afrique en 1966. Ce que les hommes appellent les indépendances ont amené leur lot de joies et de révolutions, voisinées, comme toujours, de peines et de coups d’état. 66 pour le coup, c’est un modèle du genre. Et ça a commencé tôt, l’Afrique n’est peut être pas assez rentrée dans l’histoire, mais croyez moi que les historiens ont quand même des choses à écrire sur elle. Il faut dire qu’il vaut mieux taire ce qui se passe sur ce continent, ça pourrait donner des idées dans d’autres provinces. Cette année-là, encore plus qu’une autre, personne n’est à l’abri. Que vous soyez aimé ou détesté de votre peuple, et même si vous avez été le chantre de la liberté, on vous donnera votre congé. Demandez à Kwamei.

Extrait 3

Le Bayern Munich ne l’a pas venu venir. Le choc n’en sera que plus violent. Le parti de rien frappe au cœur de ceux qui ont déjà tout connu. George est le premier buteur en phase de groupes cette année-là et Paris domine l’ogre munichois 2-0. Succès de prestige. George enchaînera encore et toujours, à part face au Spartak, à Moscou. Sa proie préférée, ce sera définitivement le Bayern. La rigueur allemande prendra de plein fouet l’enthousiasme venu d’Afrique, tel un sirocco déferlant sur les collines bavaroises. Liberian qualität.

Extrait 4

La rage, quand on la contient, monte à des sommets incroyables. Le corps encaisse sans broncher jusqu’à ce que ça explose. Chez George, ce fut brutal. Une banale opposition, chasubles contre maillots. Un contact un peu dur, une engueulade et tout alla très vite. Le coup de boule qui partit dans le visage du défenseur détenait en lui tout ce que George avait gardé en lui : sa peur de Jam, sa peur de fuir, son bonheur de s’échapper, les tests ratés en Angleterre, les non-réponses des recruteurs, les grilles qui se refermaient devant lui, les gamines kurdes forcées de satisfaire la concupiscence des habitants du coin pour 7 euros…. Le bilan : deux dents cassées et une belle lettre de licenciement pour George.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Mister George”