» Underdog
Couv-Underdog-recto
COUV_UNDERDOGEditions Salto - Underdog - Livres Hebdo

Underdog

17.00 

Underdog, ou trois ans d’exil pour un jeune français à Londres, où il est question de Brexit, de football, de Tinder et de rock…

Description du produit

Underdog : 2013-2016, trois ans d’expatriation à Londres pour un jeune Français un peu paumé, fan de rock et de foot

Télécharger

Présentation

Extrait

Couverture

EN BREF

ANTONIN VABRE ET ROMAIN LESCURIEUX

288 PAGES, 14 x 21 CM

17 €

979-10-95408-14-7

Sortie le 18/11/2018

Le mot de l’éditeur

Imaginé dans une boîte de nuit de Londres, initié à la terrasse d’un café parisien au moment des attentats de novembre 2015 et finalisé dans un PMU normand, Underdog est le fruit d’une collaboration de trois ans entre deux amis, un roman, entre chronique et journalisme gonzo. Trois ans d’immersion dans la vie d’un banlieusard parisien à Londres. Telle une version moderne de la Dêche de George Orwell, avec le football dans les yeux, Tinder en poche et le rock comme ultime vibration.

Résumé

France, 2013. Que faire quand on est diplômé mais paumé ? Une génération de moins de trente ans a trouvé une réponse : l’exil.

L’Angleterre, depuis son île, s’érige tel un phare pour cette jeunesse désabusée par la « crise ». À la veille du Brexit, un anonyme du quotidien, bouche ouverte et langue pendante, va découvrir la complexité de la société britannique à travers ses cloaques, ses plaisirs, ses excès : le football, le libéralisme, leur violence. Des tribunes de stades aux cuisines d’un restaurant, ce fan de foot y rencontre d’anciens hooligans, des managers avides de pouvoir et de gains, tout en cherchant sa place au sein de la meute des expatriés, amitiés éphémères, regroupés sous le signe de la « défonce » pour mieux fuir leur pays et leur quotidien.

Premiers mots...

« Putain, magne-toi. Tu crois que j’ai que ça à foutre moi ? » Ce soir, Mathieu est plus speed que d’habitude. Beaucoup plus speed. Il a fermé à clé le restaurant il y a une vingtaine de minutes et guette l’arrivée de son dealer à travers la fenêtre. « Il est en retard ce fils de pute », répète-t-il en tentant très vaguement de me donner un coup de main. « Je te préviens, dans moins d’une heure tu as intérêt à avoir fini de ranger ce bordel. J’ai une teuf au Cargo, moi. » On est encore quatre dans l’établissement à entendre beugler, notre foutu manager. Mais je crois que les autres s’en tapent. Ils n’écoutent plus rien depuis bien longtemps. Et s’exécutent machinalement. La paie tombe demain et on doit tous régler nos loyers.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Underdog”